Rencontre des éluEs municipaux pour exiger des normes de protection de l’eau plus sévères - Solidarité Ristigouche

0

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Saint-Edmond-de-Grantham, le 21 septembre 2014. Lors de leur rencontre tenue hier à Saint-Edmond-de-Grantham, les éluEs municipaux provenant de 22 municipalités québécoises ont examiné une expertise préparée par un groupe de 5 scientifiques et ont discuté des prochaines étapes de leur mobilisation pour exiger des normes plus sévères pour la protection des sources d’eau potable.

Pour Marie-Andrée Auger, mairesse de l’endroit et membre du conseil d’administration de la Fédération québécoise des municipalités (FQM) le diagnostic posé par le groupe des experts est vraiment inquiétant : « Les éluEs municipaux présents ont pu réaliser que le règlement provincial mis en vigueur le 14 août dernier et qui vise à protéger nos sources d’eau potable est vraiment inadéquat et plein de trous. On comprend que le gouvernement veut développer l’industrie gazière et pétrolière, mais il ne faut pas que ce développement se fasse dans l’improvisation et au détriment de nos sources d’eau potable. C’est pourtant ce que nous constatons aujourd’hui », a-t-elle expliqué.

Lors de cette rencontre, la biologiste Céline Marier et le juriste et sociologue Richard E. Langelier ont expliqué les constats réalisés par leur groupe de 5 experts, dont l’ingénieur et géologue Marc Durand, le biophysicien Marc Brullemans et l’ingénieure et hydrogéologue Chantal Savaria : perte de compétence des municipalités sur les puisements d’eau réalisés sur leur territoire, si ces puisements sont faits pour les fins de l’exploration gazière et pétrolière, distances séparatrices insuffisantes entre les puits gaziers ou pétroliers et les sources d’eau potable, responsabilité limitée dans le temps pour les exploitants de cette industrie, etc.

De son côté, la porte-parole du comité Ensemble pour l’avenir durable du grand Gaspé, Lise Chartrand, qui participait à la rencontre, a expliqué, expertise en mains, aux maires et mairesses présents, que déjà plusieurs des puits d’eau potable étaient contaminés autour du site de forage Haldimand I. « Toute la zone autour des puits Haldimand est très fragile. Si Pétrolia fore un puits horizontal à Haldimand 4, comme elle l’a annoncé, nous craignons le pire. »

Quant au maire de Ristigouche Sud Est, François Boulay, qui participait aussi à cette rencontre, il a appelé les autres éluEs municipaux à exprimer leur solidarité dans la lutte menée par cette petite municipalité de 168 résidents : « Vous devez comprendre que si Gastem peut se permettre d’intimider notre municipalité qui n’a fait que protéger son eau potable, ce scénario risque fort de se reproduire ailleurs » a-t-il insisté. Les éluEs présents l’ont longuement applaudi et promis d’apporter toute l’aide nécessaire, grâce au Fonds intermunicipal de défense de l’eau (FIDE) mis sur pied l’an dernier et auquel participent de nombreuses municipalités.

Les magistrats municipaux ont donc décidé de présenter une requête conjointe au gouvernement Couillard de façon à être autorisé à imposer des normes de protection des sources d’eau potable plus sévères et veulent inviter les 1100 municipalités québécoises à se joindre à eux. « Nous avons une responsabilité face aux citoyennes et aux citoyens que nous représentons. Puisque les études scientifiques et l’expérience de Gaspé montrent que les distances prévues au règlement provincial sont insuffisantes et que la loi prévoit qu’une demande de dérogation peut être présentée au gouvernement, il nous faut agir » a résumé la mairesse de Saint-Edmond-de-Grantham.

-30-

Pour information supplémentaire

Richard E. Langelier, docteur en droit et doctorant en sociologie : 819-396-0475

Marie-Andrée Auger, mairesse de Saint-Edmond de Grantham : 819-395-5136

 

Indiquez le montant de votre contribution

$

Contribuer!