ICI Radio-Canada Archives - Solidarité Ristigouche

6

Plus de 12 000 $ pour Ristigouche Sud-Est

Mission accomplie pour le comité Solidarité Ristigouche Lanaudière. Le spectacle-bénéfice organisé en soutien à la municipalité de Ristigouche Sud-Est a rapporté 12 000 dollars en recettes et dons, soit beaucoup plus que l’objectif de 5000 dollars fixé par le comité organisateur.

La municipalité de Ristigouche Sud-Est de 157 habitants fait face à une poursuite de 1,5 million de dollars intentée par la compagnie Gastem, en raison de l’adoption d’un règlement sur la protection de l’eau potable qui a bloqué les projets de la pétrolière.

À une semaine du procès, la porte-parole du comité Solidarité Ristigouche Lanaudière, Odette Sarrazin, se réjouit que les citoyens aient aussi bien répondu à ce geste de solidarité.

« C’est qu’on a ramassé samedi soir, mais on sait que dans Lanaudière, beaucoup de personnes ont donné aussi directement à Solidarité Ristigouche et on devrait avoir un compte-rendu de ça par le directeur général de Ristigouche au courant de la semaine. »

Le trio Nicolas Pellerin et les Grands Hurleurs

Le trio Nicolas Pellerin et les Grands Hurleurs   Photo : page Facebook Regroupement vigilance hydrocarbures Québec

Plusieurs artistes ont participé ou assisté à l’événement, dont Jean-Pierre Ferland, le trio Nicolas Pellerin et les Grands Hurleurs ainsi que le metteur en scène Dominic Champagne.

Odette Sarrazin croit qu’il était important de répondre à l’appel de la municipalité gaspésienne.

« Avec le procès qui s’en vient la semaine prochaine du 5 au 18 septembre, ce procès-là créera une jurisprudence pour toutes les municipalités du Québec. Appuyer Ristigouche, c’est aussi appuyer toutes nos municipalités pour qu’elles conservent leurs compétences municipales pour la gestion de l’eau », explique-t-elle.

La campagne Solidarité Ristigouche a permis d’amasser près de 247 000 dollars, soit 75 % de l’objectif fixé à 328 000 dollars.

Le procès débutera le 5 septembre au palais de justice de New Carlisle.

3

Ville de Rimouski – 5000 $ pour Ristigouche Sud-Est

ICI Radio-Canada – Denis Leduc –  Publié le jeudi 20 juillet 2017

La Ville de Rimouski versera 5 000 $ à la municipalité de Ristigouche Sud-Est pour l’appuyer dans sa bataille juridique contre la pétrolière Gastem.

Le maire de Rimouski, Marc Parent, estime que l’enjeu dans cette affaire est fondamental pour toutes les municipalités, car il s’agit d’affirmer la capacité des pouvoirs publics d’aménager leur territoire et notamment de protéger leurs sources d’eau potable.

Il espère que la décision du conseil municipal inspirera toutes les autres municipalités du Québec.

« La municipalité de Ristigouche est en train de se battre pour défendre nos droits collectifs sur l’aménagement du territoire, on se doit d’envoyer un message clair et de les supporter là-dedans. »

Marc Parent, maire de Rimouski

La cause opposant Ristigouche Sud-Est à la compagnie Gastem sera débattue devant le tribunal en septembre prochain.

 

 

2

2 Québécois sur 3 sont contre l’exploitation des hydrocarbures

ICI Radio-Canada – Le 31 octobre 2016

Alors que le projet de loi sur la politique énergétique 2030 est à l’étude, 65 % des Québécois se disent contre l’extraction d’hydrocarbures dans la province, révèle un sondage SOM réalisé pour le Front commun pour la transition énergétique.

Plus de 60 groupes écologistes, dont la Fondation David Suzuki, Greenpeace et Équiterre, sont derrière cette initiative de sonder 1020 Québécois, au lendemain de l’adoption de la loi 106 qui vise non seulement l’adoption d’énergies vertes, mais aussi l’encadrement de l’exploitation des hydrocarbures. Les partis de l’opposition ont de nombreuses fois souligné cette contradiction au ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand.

«Le gouvernement doit prendre acte de l’absence d’appui et retirer le projet de loi sur les hydrocarbures », affirme le directeur de la Fondation David Suzuki du Québec, Karel Mayrand, par voie de communiqué.

POUR OU CONTRE L’EXTRACTION DE PÉTROLE ET DE GAZ AU QUÉBEC?

som2

Échantillon de 1020 personnes

Source: Sondage SOM pour Regroupement vigilance hydrocarbures Québec

Lors de ce coup de sonde réalisé du 6 au 17 octobre, les répondants se sont vus expliquer les méthodes d’exploitation utilisées au Québec qui comprennent notamment «la fracturation hydraulique, la fracturation à l’acide […] qui consistent à injecter sous haute pression des produits chimiques dans le sol ». Quelque 65 % se sont dit contre l’extraction de pétrole et de gaz au Québec, tandis que 30 % se sont prononcés pour.

Les deux tiers des répondants sont également en désaccord avec l’adoption d’une loi qui permettrait aux entreprises d’utiliser ces procédés.

Le claim, la corde sensible

Ils sont 88 % à refuser que Québec vende des licences aux entreprises pétrolières ou gazières qui leur donnent un droit d’accès aux propriétés des Québécois, voire de les exproprier.

«Le Québec est-il une république de bananes pour que le gouvernement livre notre sous-sol à des compagnies privées sans notre permission? Le Québec est-il une dictature? Nous n’avons pas de mots assez forts pour dénoncer cette tentative de dépossession à laquelle 9 Québécois sur 10 s’opposent », affirme la coordonnatrice générale du Regroupement vigilance hydrocarbures Québec, Carole Dupuis, par communiqué.

L’échantillon a été généré aléatoirement à partir de tous les échanges téléphoniques valides couvrant le territoire à l’étude (dont 20 % par cellulaire), explique la firme de sondage SOM. Les données ont été pondérées pour refléter au mieux les caractéristiques de la population. La marge d’erreur maximale pour l’ensemble des répondants est de 4,4 %, 19 fois sur 20.

Indiquez le montant de votre contribution

$

Contribuer!