ET VOUS ? VOTRE EAU ? …SELON LE RPEP OU SELON ST-BONAVENTURE?

1

Ristigouche Sud-Est, Gaspésie

Pour fins de perspectives, nous vous présentons les cartes géomatiques de nos puits artésiens et de surface sur le territoire de Ristigouche Sud-Est afin d’offrir un visuel comparatif de la protection de l’eau selon le « Règlement sur le prélèvement de l’eau et sa protection » (RPEP) décrété par le Gouvernement de Philippe Couillard le 14 août 2014 versus la protection de l’eau selon « Le Règlement dit de St-Bonaventure ».

Le règlement dit de « St-Bonaventure » fut élaboré et adopté en 2011 par la municipalité de St-Bonaventure dans la MRC de Drummond à une époque où un règlement provincial ciblant la protection de l’eau potable n’existait tout simplement pas.

Le décret du RPEP par le gouvernement du Québec aura immédiatement rendu inopérant les règlements dit de St-Bonaventure et ses variantes adoptés par plus d’une centaine de municipalités, incluant Ristigouche Sud-Est, entre 2011 et le 14 août 2014 date d’entrée en force de loi du règlement provincial.

Le comparatif qu’offre ces cartes ne traite que l’aspect « en surface » seulement. Pour mieux comprendre la perspective « en profondeur » sous votre nappe phréatique, écoutez CECI.

Protection selon Heurtel & Couillard

RISTgeneral_2km_ajustementTitre

Le RPEP est un règlement qui protège les droits des compagnies pétrolières et gazières au détriment de la primauté de protéger adéquatement ce bien commun qu’est votre eau potable. Ainsi, l’État préfère optimiser l’accès aux énergies fossiles par les companies pétrolières et gazières et de mettre à haut risque la contamination irréversible de notre eau potable. Considérant les perspectives scientifiques de l’Expertise du Collectif scientifique publiée le 5 février 2016, il est des plus « aqua-clairs », que le RPEP du gouvernement libéral a été conçue sur mesure pour permettre les activités d’extraction d’énergie fossiles sur l’Île d’Anticosti et dans la péninsule d’Haldimand à Gaspé au détriment de l’eau potable.

Le RPEP fait foi du manque d’imputabilité de l’État envers la Loi affirmant le caractère collectif des ressources en eau et visant à renforcer leur protection, adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale le 11 juin 2009. Cette loi confirme le statut juridique des ressources en eau comme faisant partie du patrimoine de la collectivité, précise les responsabilités qui incombent à l’État à titre de gardien de la ressource au nom des citoyens et définit les droits et les devoirs de la collectivité.

Le RPEP fait foi du manque de respect qu’accorde ce gardien de la ressource qu’est l’État envers nous, citoyens, qui occupons le territoire, nous, le peuple, désireux de protéger la source de vie incontournable qu’est l’Eau potable, aujourd’hui, demain et pour les générations futures.

Actuellement, ce sont 328 municipalités (Liste au 1 mars 2016) représentant plus d’1.16 millions de québécoises et québécois qui exigent une dérogation du ministre David Heurtel leur permettant d’augmenter la rigueur du RPEP. Selon elles, le « Règlement sur le prélèvement de l’eau et sa protection » (RPEP) actuel du gouvernement Couillard est grotesquement inadéquat!

ET VOUS ? VOTRE EAU POTABLE ? VOUS SOUHAITEZ LA PROTÉGER COMMENT ? SELON LE RPEP OU SELON ST-BONAVENTURE ?

François Boulay, maire

Municipalité de Ristigouche Sud-Est

Logo MRSE  La Goutte de Ristigouche

Indiquez le montant de votre contribution

$

Contribuer!